Philadelphe de Gerdre sous la palette de Paul Sibra.

1C9A1380_DxOweb

Parmi les tableaux de Paul Sibra exposés en cet été deux mille seize au musée de Lavaur figure le portrait de Philadelphe de Gerdre. La seconde Esclarmonde, selon la rumeur. La poétesse de Campan, qui connut une sorte de petite gloire, née Duclos et épouse Requier, a choisi un singulier pseudonyme de plume – mariage du nom de son village bigourdan avec un prénom aux allures altières qui renvoie cette catholique au paganisme grec. Un nom de plume à la Poussin! Philadelphe dit en grec une forme familiale de l’amour du prochain: celle qui aime ses frères et sœurs. Cette poésie est pleine de charme, aux deux sens du terme, pimentée par ce zeste d’affectation qui peut faire de cet auteur une Anna de Noailles des champs et des bois, une Anna de Noailles en langue d’oc. Ecoutons sonner quelques vers.

« Languimen » est le titre du poème d’où j’extrais cette strophe : « languitude » selon son traducteur André Berry.
« Bengat, bengat-me dise
Quin cami cau segui
Ta retrouba mie rise
E-ds locs d’ount ei langui,
Perhums fis et léuyès
De hougéro et de ramo,
Bengat sauba mio amo
De mourtaus abeyès »
La traduction fera comprendre mon rapprochement avec Anna de Noailles plutôt qu’avec la mythique Esclarmonde de Foix, dont le souvenir se perd dans les limbes du temps.
« Venez, venez me dire
Quel chemin il faut suivre
Pour retrouver ma joie
Et les lieux dont j’ai langueur.
Parfums suaves et légers
De fougère et de ramée,
Venez sauver mon âme
De mortels ennuis! »
L’idée des parfums comme sauveurs de l’âme ne manque pas de beauté et donne beaucoup à méditer. Que le Bachelard des réflexions sur l’imaginaire des éléments – l’air, puisqu’aériens sont les parfums, puisque l’air est l’élément qui les transporte – eût pu en faire son miel tient de l’évidence. Quoiqu’il en soit, dans sa beauté le portrait peint par Sibra demeure curieux. La poétesse y apparaît sombre alors que tous la disaient lumineuse, source de lumière, astre; « Esclarmonde », femme astrale, femme solaire, qui éclaire le monde.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. J’ai découvert cette poétesse. Merci Robert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *