Onze novembre.

Tombeau du Maréchal Foch.

Chaque onze novembre revient le même mensonge axiolâtre. Ceux qui sont morts entre 14 et 18, ne sont pas morts pour des principes et des valeurs; le claironner est les tuer une seconde fois. Ils sont morts pour la France, pour qu’elle continue sa destinée dans le temps, pour que l’Alsace et la la Lorraine lui reviennent. Et aussi: ils sont morts pour que la France continue de naître, de s’engendrer elle-même depuis la profondeur de ses provinces. Ils sont morts pour protéger la nation de l’impérialisme du Kaiser. Ils sont morts pour que 70 ne recommence pas, pour que les casques pointus ne défilent pas jusque dans les bourgs de nos campagnes, jusqu’à Martigues. Ils ont fait du nationalisme, matrice de résistance, le rempart contre l’impérialisme, matrice d’oppression. Ils ne sont pas morts, ils vivent à jamais tant que vivent des hommes pour aimer par-dessus tout la nation, celle de Jeanne d’Arc et de Bonaparte, de Bouvines et d’Austerlitz, La nation est au-dessus de la république, de la monarchie, et de l’empire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *