La conversation épistolaire comme résistance à la défaisance du monde.*

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. COLLIGNON dit :

    Je ne parviens plus à penser, tout juste à ressentir et encore. Mais les rabâchages de philosophie et de morale depuis je ne sais combien de millénaires fatiguent à l ‘avance. Le rien repose, lessive,ramène la vie à la survie. Il ne reste que le sommeil. L’obstination. L’accrochement à la vie dans le désillusionnement le plus reposant. Les véritables pensées sont si vieilles, si poussiéreuses. Reste les éclats de joie, si rare, et la lente montée vers Dieu, qui est le Tout, qui est le Rien. D’où les crises de fou-rire du Dalaï-Lama. Lisez « Gaspard de la nuit » d’Aloysius Bertrand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *